La productivité en télétravail

 

Le télétravail semble s’installer durablement dans notre société. Plébiscité par les uns, décrié par les autres, est-il un frein à la croissance des entreprises ou au contraire un gain de productivité ?

La réponse n’est pas véritablement tranchée.

 

Le télétravail plébiscité par une partie des salariés

La crise de 2020 a profondément changé notre rapport au travail. Si le télétravail concernait jusqu’alors environ 3 % des actifs français, il s’est imposé pour répondre à la crise sanitaire. Mais pas seulement. Moins de temps dans les transports, davantage de temps libre, plus de pauses dans la journée, confort du lieu de travail… Les salariés ont vite pris en compte ces avantages.

Si la pratique était déjà courante chez les cadres commerciaux ou les ingénieurs en informatique, qui bénéficient des outils nécessaires, elle s’est démocratisée dans la communication, les assurances et toutes les entreprises du tertiaire, propices à sa mise en place. Selon le site corona-work, qui a récolté l’avis de plus de 1500 travailleurs au lendemain du premier confinement, 4 personnes sur 5 se disaient prêtes à continuer le travail à distance.

Selon cette même étude, il aurait eu un impact neutre voire positif sur l’efficacité au travail. Les professionnels interrogés ont déclaré travailler plus efficacement, avec plus de concentration que dans un open space par exemple, peu enclin à la concentration.

Un environnement bien cadré et confortable est-il donc synonyme d’une meilleure performance au travail ?

 

Une nouvelle forme de travail plus productive ?

Si la tendance du confort et du retour chez soi est très forte, reste à connaître le véritable impact du travail à distance sur l’efficacité des salariés.

Nombre de facteurs de risque peuvent freiner les entreprises : difficultés à communiquer, à séparer vie personnelle et vie professionnelle, stress lié à l’isolement et l’organisation du travail… Selon un rapport de ZDNet et Valoir, la productivité aurait baissé d’1 % en moyenne en 2020.  Pour les personnes avec enfants, le taux passe à -2 %, et pour les salariés qui vivent seuls à -3 %.

Pour autant, il s’agit de tempérer ces données, en lien avec une situation de crise sans précédent et une mise en place « forcée » du télétravail. Le télétravail doit être mis en œuvre avec des règles claires et des limites posées au sein des équipes. Les entreprises de la high-tech, telles Twitter, Google ou Facebook, l’ont compris, et ont instauré un cadre précis et les bons outils pour accompagner leurs collaborateurs vers un télétravail optimal.

Selon une enquête de l’ANDRH du Boston consulting Group, 2/3 des DRH espèrent gagner en productivité grâce au télétravail. S’il est instauré avec de nouvelles formes de management plus responsabilisantes, il génère motivation et confiance, véritables moteurs de la performance.

 

Un véritable clivage persiste entre le besoin de contact humain au travail et la qualité de vie du travail à domicile. Pour être productif, le salarié en télétravail doit surtout bénéficier de bases claires et d’un accompagnement de sa hiérarchie au quotidien.

 

Cet article pourrait vous intéresser :